Alors que la plupart des salles romandes – comme ailleurs dans la francophonie – programment de plus en plus d’anglais, certaines en étant déjà au stade du quasi exclusivement anglophone, alors que la plupart des festivals accordent une place anecdotique à la chanson francophone, alors que les manifestations dédiées, telles les Francofolies, font de plus en plus fréquemment les yeux doux à l’anglais, le Chant Laboureur a décidé de pratiquer de même manière et propose, en collaboration avec la Maison de Quartier Sous Gare de Lausanne, deux jours d’Anglofolies ! Et juste retour des choses, une programmation entièrement francophone !

Pour cette deuxième édition, l’affiche est à nouveau résolument suisse, histoire de rappeler la formidable créativité de la chanson francophone dans nos contrées.
 
L’inféodation des milieux culturels à l’anglais dévorant n’est pas le lot de la seule Suisse. Mathias Bressan fait partie de la jeune scène chanson belge et il est un ardent acteur de la francophonie dans son pays. Sa présence à Lausanne est exactement dans l’esprit souhaité aux Anglofolies : « Aucun sectarisme, que du francopositivisme, et une bonne dose d’amour ». On ne saurait pas mieux dire.

On retrouve également le petit phoque malicieux inspiré de «culture en péril» de Michel Rivard et dessiné par Anne Renaud. C’est avec cette même malice que son nom est lancé ainsi dans les airs !

Les Anglofolies sont deux jours de chanson francophone dans ses multiples conjugaisons, avec plusieurs concerts et la présence de nombreux chanteurs. Deux jours qui veulent être un manifeste joyeux réunissant un public curieux et heureux… d’oser la chanson !